Nymphoplastie de réduction

Les petites lèvres, quand elles sont trop grandes, peuvent être gênantes, en particulier lors des rapports ou de l’habillage. La nymphoplastie de réduction est longtemps restée un tabou ou décriée même par les gynécologues pratiquant la chirurgie intime. Il est vrai que les premières techniques et même certaines techniques actuelles de réduction de sexe féminin étaient totalement inadaptée. Quand les petites lèvres dépassent un peu, rassurez-vous, c’est normal. Mais quand elles excèdent plusieurs centimètres (à partir de 4 centimètres, elles sont dites hypertrophiées), elles créent un préjudice esthétique et fonctionnel et la nymphoplastie à Marseille est indiquée.

Femme qui dissimule son intimité

L’intervention peut être pratiquée à tout âge. Elle ne gène en aucun cas l’accouchement ou les rapports sexuels. Les dernières techniques de résection triangulaire apporte une sécurité de cicatrisation.

Technique chirurgicale : la nymphoplastie de réduction

Le principe de la nymphoplastie à Marseille ou labiaplastie est de retirer l’excès de muqueuse des petites lèvres. La meilleure technique est la résection triangulaire qui consiste à retirer un triangle sur la moitié postérieure de la lèvre. Ainsi, l’aspect des replis de la lèvre est conservé, et la cicatrice est dissimulée à la jonction de la grande lèvre et de la petite lèvre. Une fois suturée, on obtient la même couleur et la même épaisseur de petite lèvre sur toute sa longueur.

Schéma décrivant la technique chirurgicale de la nymphoplastie de réduction

La nymphoplastie de réduction dure 45 minutes sous anesthésie générale. L'anesthésie locale es réservée aux petits excès.

Suites opératoires

L’intervention est réalisée en ambulatoire. Les suites de la nymphoplastie de réduction à Marseille sont peu douloureuses. En revanche, il existe une gène à la marche dans les premiers jours. Les fils sont résorbables et disparaissent 10 à 15 jours après l’intervention. Il n’y a pas de pansement à faire, mais une simple toilette avec un savon spécialisé. Il faut bien sécher pour éviter la macération. Un protège-slip suffit à recouvrir les sutures. Il faut éviter les pantalons la première semaine, pour éviter la macération. Les rapports sexuels peuvent être repris après 6 semaines.

Les cicatrices de la nymphoplasie de réduction disparaissent rapidement sur les muqueuses.

La principale complication est la désunion.

Feuille d’information SOFCPRE

Fiche information Nymphoplastie